JE SOUHAITE PARTICIPER AUX ACTIONS DE L'UEC

LES CAMPAGNES DU MOMENT

Rentrée 2018 : pour une université féministe !

Ces derniers mois ont donné à voir une importante libération de la parole des femmes, notamment via #MeToo et #BalanceTonPorc, démontrant encore davantage l’urgence de faire disparaître les violences sexistes et sexuelles, et plus largement de mener une lutte implacable contre le système qui les engendre. En effet les violences révélées à la société toute entière ne sont malheureusement que la face immergée de l’iceberg patriarcal !

Malgré les mobilisations, la chape de plomb des violences sexistes est maintenue sur les étudiantes : dans le patriarcat leur place n’est ni sur les bancs des amphis ni en stage. Ainsi les étudiantes sont bien souvent confinées dans des filières dites féminines, et leurs qualifications, considérées comme des attributs naturels (soin, écoute, accompagnement), ne sont pas reconnues dans le monde du travail. Pour celles qui parviennent à évoluer dans des filières traditionnellement masculines, les violences sexistes et sexuelles leur rappellent qu’elles n’y sont pas légitimes. A contre-courant de ces logiques qui brident les potentiels des étudiantes et de toute la société, l’UEC propose de combattre les logiques patriarcales dans l’enseignement supérieur à travers deux objectifs : mettre fin aux violences sexistes et sexuelles et reconnaître la formation et le travail.

Les propositions de l’UEC

  • Mettre fin aux violences sexistes
  • Sanctionner les agresseurs, accompagner les victimes avec des cellules de veille et d’écoute dotées de réels moyens et composées d’un personnel formé
  • Garantir une vie étudiante et associative féministe grâce à une charte féministe pour les universités qui soit adoptée par chaque conseil d’administration
  • Former les associations et personnels de chaque université pour construire un cadre d’études permettant à tou.te.s de réussir
  • Reconnaître le travail et la formation des étudiantes
  • Un salaire pour les étudiantes qui reconnaissent le travail et la formation des étudiantes, tout en revalorisant les filières majoritairement féminines.
  • Même diplôme, mêmes droits : avec un cadrage national des diplômes, qui soit à la fois budgétaire, pédagogique, et scientifique pour briser les inégalités selon les filières, le genre et le lieu d’études.
  • Des crèches sur chaque campus, pour permettre à chacun.e de poursuivre ses études avec la venue d’enfants
  • Priorité à la santé étudiante, avec des centres de santé sur chaque campus qui propose également des services de gynécologie-obstétrique et de planification familiale, pour garantir à chacun.e la maîtrise de sa sexualité.
HAUT
J’ADHÈRE
JE DONNE